Le marché des châteaux sort de sa torpeur

Le cabinet de conseil Barnes International Realty estime que les ventes de châteaux sont reparties à la hausse. L'accessibilité et l'ampleur du domaine sont les critères privilégiés sur un marché où l'offre excède encore la demande.

Le marché des châteaux semble émerger du sommeil dans lequel il était plongé depuis 2008. C'est Barnes International Realty, l'un des spécialistes du domaine, qui l'observe. « Depuis deux ans, nous enregistrons 20 à 30 ventes par an contre 5 à 10 auparavant », mentionne Bertrand Couturié, directeur de la branche propriétés et châteaux du groupe.

[...]

© 2018 BARNES - DORDOGNE - CHÂTEAUX 40 PIÈCES 19 CHAMBRES Napoléon III

Qui sont les acheteurs ? Selon Barnes, ils restent majoritairement français, suivis par des acquéreurs d'Europe du Nord, des Etats-Unis, de Chine et de Russie. L'essentiel des transactions se situe entre 700.000 euros et 3 millions d'euros. Les prix, qui avaient perdu 30 à 50 % depuis 2009, se montrent aujourd'hui stables, voire en légère hausse. A titre d'exemple, le château de Blancafort, dans le Cher, a été adjugé à 1,9 million d'euros en octobre. Ce bien de 2.100 mètres carrés, entouré d'un parc de 17 hectares, avait été estimé à 5 millions d'euros.

Les adresses les plus prisées se trouvent en Ile-de-France, dans le Périgord, la vallée de la Loire, la Provence, la Bourgogne, la Sologne, la Normandie et la Bretagne. L'accessibilité détermine la valeur d'un bien, qui s'apprécie également à l'aune de la tranquillité, de la vue, de l'âge des arbres... Le premier critère est l'absence totale de nuisances visuelle ou sonore, Il faut aussi que le bâti originel n'ait pas été dénaturé par les restaurations. Des dépendances, des écuries et une carrière d'équitation accroissent plus encore le prix...

© Les Echos.fr - publié sur Barnes Périgord le 16/02/2018

Retrouvez cet article dans son intégralité en cliquant sur le lien suivant :
https://www.lesechos.fr/pme-regions/actualite-pme/030936813264-le-marche-de...